Sélectionner une page

Abigail

Merci de prier pour Abigail , une dame qui nous a contactée en disant qu’elle cherche Dieu.

UN JOUR A LA FOIS

Tous les jours je regarde mon jardin et me rends compte du changement qui s’opère lentement . Au début, je ne voyais rien et tout d’un coup, une petite feuille pointe, il faut s’approcher très près pour l’apercevoir . Puis d’autres apparaissent, tout ne sort pas à la même vitesse, cela me fait penser à nous, humains, on ne grandit pas à la même vitesse, que ce soit physiquement, intellectuellement et même spirituellement . Quelqu’un comprendra quelque chose rapidement, un autre mettra plus de temps et sera sans doute plus rapide pour autre chose

Quelques jours plus tard, les plantations se voient de mieux en mieux, plus besoin de s’accroupir, elle se fortifient, s’épanouissent, et bientôt elles seront prêtent à être cueillies et consommées .

Mon travail a été de les semer, de les arroser, en bref les soigner . Mais par contre, je n’avais aucun moyen, ni pouvoir de les faire croître 1 CORINTHIENS 3:6. Parfois on recherche des miracles, des signes, des choses extraordinaires, surnaturelles, alors que je m’émerveille toujours des récoltes . Regardez une graine de carotte, c’est tout petit et pourtant au final on a une belle carotte . Tout est inscrit dans cette petite graine, et ça non plus je ne peux le créer .

Evidemment on est tous pressés que  Jésus reviennent, ou que les plans de Dieu pour nous aillent plus vite, nos prières soient exaucées à la minute même etc…

Mais si je tire une carotte alors qu’elle n’est pas arrivée à son terme, j’aurais un tout petit embryon que je ne pourrais  manger . Si vous aider un paillon à sortir de son cocon avant l’heure, celui-ci ne survivra pas .

De même, si on veut agir plus vite que Dieu, et je sais que parfois  je voudrais que mes cultures aillent plus vite, pressé de pouvoir les savourer, je ferais capoter ce que Dieu avait prévu pour ma vie .

Alors pour l’instant, je regarde mon jardin et j’en prends soin, car je sais qu’au moment voulu, je pourrais en profiter .

Alors je veux exprimer ma gratitude envers Dieu avec ce poème

GRATITUDE

Quand tout là-bas à l’horizon, pointe l’aurore,

Qu’un nouveau jour fort tranquille se lève encore,

Qu’une lumière avenante chatoie alors,

Ondées de bienfait et trésor de réconfort :

Loue celui qui agit en toi,

Qu’on appelle le Roi des rois,

Le plus magnanime qui soit .

Quand renaissent les premières lueurs vermeilles,

Doux matin émergeant de son profond sommeil,

Pompeuse aube que mille reflets réverbèrent,

Nuances voluptueuses, si éphémères :

Adore Celui qui te veille,

Et t’offre toutes Ses merveilles,

Inconcevables, sans pareil .

Et quand inopinément s’installe le soir,

Que la journée chassée, se meurt de désespoir,

Que la nuit s’impose, pour en ces lieux, s’asseoir,

Autoritaire, intransigeante, sans s’émouvoir :

Remercie le Sauveur de gloire

Dont l’amour effluve d’espoir,

Anime l’être de victoire .

Avez-vous regardé « Les 4 visages de l’églises par Yvan CASTANOU »

Avez-vous pris le temps de regarder ce message sur Youtube?

la prédication commence à 1 h 25 mn 45 s et dure environ 1 heure. 

https://www.youtube.com/watch?v=YHbuJwbq71E

Les 4 visages de l’église qui n’est pas l’épouse : 

1. L’église incrédule.

2. L’église attachée aux plaisirs de la terre.

3. L’église adultère qui ne veut pas que l’époux vienne parce qu’elle ne le connait pas, parce qu’elle n’a jamais eu d’intimité avec lui.

4. L’église vaincue qui veut qu’il revienne non parce qu’elle l’aime, mais parce qu’elle en a assez de mener une vie de défaite sur la terre.

LA BRANCHE

Jean chapitre 15 nous rappelle qu’il est important de rester attacher à notre Seigneur, encore plus en ces périodes incertaines, où beaucoup se demandent que sera demain . Nous, enfants de Dieu, normalement on ne doit pas être trop surpris .

Mais si nous restons accrochés à notre Sauveur, Sa vie est en nous et nous ne deviendrons comme une branche qui meurt .

Rappelons-nous, que jamais Il nous lâchera la main, à nous d’en faire autant .

LA BRANCHE

Une branche rêvait de liberté,

D’horizons nouveaux et d’immensités .

Sur son arbre elle s’ennuyait vraiment,

Les heures s’égrenaient trop lentement .

Ainsi accrochée entre ciel et terre,

Au milieu de cette forêt austère,

Rien d’autre depuis, elle ne connaissait .

A son ami l’oiseau, elle demanda

S’il pouvait l’aider à partir de là,

Ainsi de ce tronc, l’en débarrasser .

Un ours vint se suspendre à celle-ci,

Elle plia, se fendit et rompit .

O quelle joie d’être libre enfin .

Que se passe-t-il, elle dépérit,

Elle se dessèche, elle perd la vie ?

Plus nourrit, alors s’approche la fin .

A notre Rédempteur, restons unis,

Et nous porterons ainsi de beaux fruits .

Loin de Lui, nous serons jetés au feu,

Auprès de Lui, à tout jamais heureux .

Soyez bénis